L'énergie qui vient de l'eau

L'eau joue un rôle essentiel dans les processus de fabrication d'Emmi, ses sites en Suisse consommant près de trois millions de mètres cubes d'eau par an. La réutilisation de l'eau est donc un important objectif environnemental. L'eau sert à nettoyer, à refroidir et à réchauffer. Et c'est ici que l'énergie entre en jeu.

Lorsque deux corps de températures différentes entrent en contact, leurs températures s'égalisent. Dit plus simplement: chaud + froid = tiède. C'est ce qu'on appelle le transfert thermique. Pour ce faire, les deux sources n'ont pas besoin de se toucher physiquement, un simple rapprochement suffit. Quiconque connaît ce principe physique peut l'utiliser de manière ciblée pour économiser de l'énergie. Ces dernières années, les sites Emmi en Suisse ont mis en œuvre de nombreux projets de récupération de la chaleur, l'eau en tant que vecteur d'énergie jouant ici un rôle important.

Projets pionniers à Ostermundigen

C'est à Ostermundigen que la récupération de la chaleur de l'eau a commencé chez Emmi. C'est là que depuis 2008, la chaleur est récupérée des eaux usées provenant des processus de nettoyage et de stérilisation à raison de 17 000 m3 par jour. La chaleur récupérée permet de préchauffer l'eau de nettoyage, ce qui économise plus de 260 000 m3 de gaz naturel par an et réduit de 520 tonnes les émissions de CO2 d'Emmi.

Le réseau de chauffage inter-entreprises de Mösli (Wärmeverbund Mösli), qui a été fondé en 2009, est également un pionnier dans ce domaine. L'eau chaude issue des processus de refroidissement du site Emmi produit de l'énergie par l'intermédiaire d'un échangeur thermique qui réchauffe l'eau froide de la centrale énergétique de Mösli, laquelle est ensuite réinjectée dans la centrale sous forme d'eau tiède.

Les immeubles de la région de Mösli sont chauffés de là par le biais de conduites de chaleur à distance. La chaleur fournie par Emmi couvre un tiers du besoin du réseau en chauffage, ce qui permet de réduire les émissions de CO2 de 90 tonnes par an. Depuis près d'un an, les salles d'électricité d'Ostermundigen sont également refroidies par de l'eau de refroidissement qui est réinjectée dans le système. Le chauffage de la gare des wagons-citernes, produit par de l'eau de refroidissement tiède, a également pu être mis en service juste à temps pour l'hiver 2013/14, ce qui décharge les tours de refroidissement.

Dans le site de production occidental d'Emmi en Suisse, le cycle de l'eau commence aussi par un processus de refroidissement. Contrairement à la plupart des autres sites, celui de Moudon a accès à sa propre source d'eau, dont la température s'élève à 10 degrés et est idéale pour le refroidissement des compresseurs. L'eau retire de l'énergie thermique de ces compresseurs et peut atteindre jusqu'à 45 degrés. Cette chaleur a des usages multiples, par exemple pour chauffer la grotte de maturation du Gruyère en hiver.

Utilisation d'eau exemplaire à Suhr

En matière de politique environnementale, les objectifs déclarés d'Emmi consistent à minimiser la consommation d'eau douce et à utiliser efficacement l'énergie. Pour ce faire, la société met l'accent sur la réutilisation multiple de l'eau et la consommation économique de l'énergie.

Un projet d'utilisation de l'eau et de récupération de la chaleur à Suhr l'illustre de manière exemplaire. Grâce à des techniques de pointe, la chaleur des eaux usées produite par les processus existants est récupérée et mise à disposition en tant qu'eau de process chaude de différentes températures. Pour une utilisation durable de l'eau, l'eau potable réchauffée, qui est produite lors de la pasteurisation du lait, n'est pas déversée dans les eaux usées, mais captée dans des bassins d'eau tiède. Cette eau pure peut alors être réutilisée pour refroidir le lait de 95 à 40 degrés, qui à son tour réchauffe l'eau à 40 degrés. Avant que l'eau ne soit déversée dans les égouts en tant qu'eaux usées, elle peut être utilisée encore une fois en tant qu'eau de rinçage. La Mittellandmolkerei de Suhr économise ainsi jusqu'à 70 000 m3 d'eau douce par an et près de 3 millions de kWh, ce qui correspond au besoin annuel en énergie d'environ 100 ménages suisses. Cet investissement majeur de 1,2 million de francs a une incidence positive sur le bilan carbone d'Emmi, puisqu'il a permis de réduire ses émissions de CO2 de 550 tonnes par an.

L'analyse Pinch révèle un potentiel

L'analyse Pinch réalisée à Emmen a révélé qu'il existait un important potentiel d'économie d'énergie dans l'eau de ce site. Sur cette base, diverses mesures ont été prévues pour 2014 en vue d'utiliser cette chaleur à l'avenir. Il devrait ainsi bientôt être possible de réchauffer le bâtiment avec de la chaleur tirée des eaux usées.