Devise de développement durable de l’année

Personne ne connaît mieux une entreprise que ses collaborateurs. Depuis de nombreuses années, Emmi tire parti de cet état de fait pour accroître l’efficacité et réaliser des économies. En effet, l’Emmi Operational Excellence (EOE) n’est en réalité rien d’autre qu’un système complet de propositions d’améliorations dans l’entreprise.

Emmi est convaincue que les connaissances des collaborateurs sont nécessaires également pour rendre l’entreprise plus durable. Car en plus des quatre thèmes clés, qui sont pilotés selon une approche descendante, les jalons sont posés pour de nombreux aspects ayant trait au développement durable dans le quotidien des quelque 5700 collaborateurs d’Emmi.

Pour que ces jalons soient posés correctement, il faut susciter chez les collaborateurs une large compréhension du développement durable. A côté d’une communication continue sur les petits et grands projets de développement durable tout au long de la chaîne de création de valeur, Emmi s’appuie sur une devise de développement durable qui change chaque année.

2017: Nous réfléchissons et relevons les défis ensemble – de manière ciblée

Depuis une dizaine d’années, la culture d’entreprise d’Emmi s’exprime sous la forme de cinq valeurs, notamment «Nous réfléchissons et relevons les défis ensemble!». Au travers de cette valeur, il s’agit d’inciter les collaborateurs d’Emmi à relever les défis avec courage, ouverture et initiative.

Toutefois, en dépit de tous les défis qui se présentent, il importe de rester concentrer sur l’essentiel. Voilà pourquoi 2017 est placé chez Emmi sous le signe d’un engagement ciblé – et pas seulement dans le domaine du développement durable. Cette devise prend par exemple tout son sens dans le domaine des économies de ressources, de la rationalisation des processus ou de la simplification des assortiments.

2016: Emmi fait bouger les choses!

Les choses ne bougent pas seulement dans l’environnement d’Emmi. L’entreprise est elle aussi en constante évolution. De par sa stratégie de croissance clairement définie, grâce à laquelle de nouvelles entreprises rejoignent régulièrement la famille Emmi. Mais aussi au travers de grands projets, tels que le lancement de SAP. Les changements à tous les niveaux sollicitent les collaborateurs d’Emmi, qui doivent être mobiles, apporter leur pierre à l’édifice voire prendre des initiatives.

Dans le droit fil de la devise de développement durable «Emmi fait bouger les choses!», l’entreprise a recherché des projets contribuant à la mobilité physique, intellectuelle ou structurelle.

Quelque 21 projets ont été présentés dans le cadre du Prix du développement durable Emmi. Pour la première fois, des sociétés Emmi de l’étranger ont aussi proposé des contributions.

Un jury composé de spécialistes externes en matière de développement durable et de membres de la Direction du groupe Emmi a désigné les meilleurs projets.

WWF Schweiz
Thomas Vellacott/
Thomas Baumgartner

Jury-Präsidium

Energie-Agentur der Wirtschaft (EnAW)
Thomas Pesenti

foodwaste.ch
João Almeida

Emmi
Marc Heim
Executive Vice President Switzerland / CEO adj.

Emmi
Robin Barraclough
Executive Vice President Europe

Emmi
Natalie Rüedi
Chief Human Resources Officer

Emmi
Robert Muri
Jusqu'au 31.12.2016: Executive Vice President Switzerland / CEO adj.

Projet vainqueur: «Onken radical»

La pression exercée sur les prix des produits laitiers est très élevée, si bien qu’il ne vaut guère plus la peine d’exporter des yogourts suisses en Europe. Fabriqués en Allemagne et distribués en Allemagne et en Grande-Bretagne, les yogourts Onken doivent composer au quotidien avec des conditions de marché très difficiles. C’est la raison pour laquelle les équipes Onken d’Emmi Allemagne et Grande-Bretagne chargées du développement des produits, des achats et du marketing ont planché sur l’analyse et l’optimisation du concept Onken dans son ensemble. Le projet «Onken radical» a permis de réduire massivement les coûts sans faire de concessions en termes de qualité, notamment avec un nouveau plateau en carton harmonisé et écologique. En conséquence, ce projet est non seulement doté d’un sens économique mais contribue aussi à la protection de l’environnement et à la réduction du gaspillage.

«Onken radical» mérite d’être primé car la situation existante a été analysée d’un œil critique puis optimisée à la faveur d’une collaboration à grande échelle (entre équipes, entreprises et pays). La méthode appliquée montre en outre comment maîtriser avec succès des questions complexes en les subdivisant en tâches claires et surmontables.

2e place: «Nouveau modèle de temps de travail» sur le site de Langnau

A Langnau im Emmental, en plus des tranches de fromage fondu et du fromage double crème GALA, Emmi produit avant tout de la fondue. Or la demande de fondue varie fortement selon la saison. Chez Emmi Fondue SA, il a donc fallu trouver une solution pour pouvoir disposer de main-d’œuvre en tenant compte du caractère saisonnier de la production de fondue. Afin de préserver le précieux savoir-faire d’Emmi et de maintenir autant d’emplois que possible, un nouveau modèle de temps de travail a vu le jour, qui privilégie des horaires hebdomadaires variables selon la saison.

S’inspirant de la devise de développement durable «Emmi fait bouger les choses!», ce projet s’est traduit par un questionnement fondamental. Motivée initialement par des contraintes économiques, la démarche a débouché sur une solution qui se révèle en outre socialement acceptable. Face à une situation difficile, tous les participants étaient ouverts au changement et prêts à prendre un nouveau virage. Le site de Langnau a ainsi vu naître un nouveau modèle de temps de travail durable, à la fois soutenu par les collaborateurs et adapté aux besoins de l’entreprise.

3e place: «Gestion dynamique de la perte de produits» sur le site d’Ostermundigen

Les pertes de produits dans la chaîne de production sont l’un des thèmes clés d’Emmi dans le cadre de son engagement en matière du développement durable. De telles pertes sont constatées, d’une part, au niveau des déchets et, d’autre part, au niveau des eaux usées. Sur le principal site de production suisse d’Emmi à Ostermundigen (BE), des capteurs placés dans les eaux usées permettent désormais d’identifier les pertes de produits ou les variations de la qualité des eaux usées et de les signaler sans délai. Une alarme informe les collaborateurs qu’ils doivent immédiatement chercher les causes du problème et y remédier selon un schéma prédéfini. Les déchets alimentaires (Food Waste) peuvent ainsi être diminués.

Du point de vue du développement durable, les projets tels que la gestion dynamique des pertes de produits sont importants afin de prévenir le gaspillage de précieuses ressources. Il en résulte une diminution des coûts relatifs aux matières premières et des dépenses liées à l’épuration des eaux usées. Par ailleurs, cette mesure revêt une dimension éthico-sociale non négligeable dans le contexte du débat sur les déchets alimentaires.

2015: Nous savons nous y prendre!

«Nous savons nous y prendre!» Cette valeur d’entreprise est désormais incarnée par la plupart des membres du personnel d’Emmi. Grâce à des connaissances techniques et à un engagement considérables, par exemple dans le cadre des programmes Emmi Operational Excellence, Emmi fait mieux que d’autres entreprises à de nombreux égards. Le savoir disponible au sein du groupe a une valeur inestimable. Mais ce savoir est encore plus précieux lorsqu’il est diffusé et mis en réseau, de manière à permettre au plus grand nombre d’en profiter.

En 2015, Emmi a recherché des concepts exemplaires de diffusion des connaissances.

Projet lauréat: «Glace Emmi sans huile de palme»

Ce projet est né d’une initiative conjointe du Développement de produits, de la Production et de la Vente. Au centre de ce projet se trouve un thème relatif au développement durable, qui fait l’objet d’un débat mondial: l’huile de palme. La demande de produits sans huile de palme ne cesse de croître.

Lors d’un échange sincère et transparent, l’équipe de projet a modifié les recettes de glace d’Emmi à la demande du zoo de Zurich, de façon à ce que les derniers résidus d’huile de palme dans les glaçages et les stabilisateurs puissent également être remplacés.

Cette avancée permet à présent à Emmi d’offrir aux consommateurs de glaces une valeur ajoutée supplémentaire. Par ailleurs, elle peut renforcer de manière fiable l’image d’Emmi en tant qu’entreprise durable.

2e place: «Equipe centrale Séchage»

Ce projet met le doigt sur un problème central qui touche de nombreuses entreprises industrielles en Suisse: le manque de personnel qualifié. Pour faire face à cette réalité, l’«Equipe centrale Séchage» met en œuvre différentes mesures qui accordent une place de premier plan aux connaissances relatives aux processus de séchage industriels: le savoir externe est intégré dans l’entreprise, le savoir existant est consolidé et transmis.

3e place: «Equipe de spécialistes Filtration»

Sous la direction du Développement de fromages frais, les opérateurs de machines automatisées de huit sites Emmi en Suisse échangent régulièrement leurs expériences. Ce partage de connaissances a lieu dans un cadre bien organisé et structuré. Les connaissances spécialisées concernant le thème de la «filtration» sont acquises non seulement en interne mais aussi auprès des entreprises partenaires. Ainsi, le savoir au sein d’Emmi ne cesse de se développer.

L’échange d’expériences au sein de l’«Equipe de spécialistes Filtration» s’avère par ailleurs également payant du point de vue de la durabilité économique et écologique d’Emmi. L’optimisation des processus de nettoyage, par exemple, a permis de réduire l’utilisation de produits chimiques et d’augmenter la durée de vie des membranes.

2014: Mobilité intelligente

Pour une entreprise comme Emmi, la mobilité est un thème crucial. D’un côté, les produits doivent parvenir aux clients et, de l’autre, les collaborateurs doivent aussi pouvoir se déplacer, que ce soit pour des raisons professionnelles ou privées.

C’est pourquoi Emmi a demandé à ses collaborateurs d’élaborer des idées sur la façon dont elle peut optimiser durablement la mobilité, en particulier concernant les trajets domicile-travail et la mobilité professionnelle.

Projet gagnant «Suhr: MiMo mobilité sans automobile»

En l’espace de cinq mois, les pendulaires ont parcouru 30 000 kilomètres de manière écologique, ce qui a réduit de près de 5,1 tonnes les émissions de CO2.

2e place «Ostermundigen: Chaque kilomètre compte»

70 collaborateurs ont permis ensemble d’économiser 88 000 kilomètres parcourus en voiture, soit 15 tonnes d’émissions de CO2.

3e place «Landquart: Transport de fromage à grands trous sans cadres»

Grâce à un nouveau système d’emballage secondaire, il est possible de se passer de cadres en bois lourds pour le transport de fromage à grands trous. De plus, le transport en retour, la manipulation physique exigeante ainsi que l’acquisition et les réparations sont supprimés.

2013: Fermer les circuits des matériaux

Les Suisses sont habitués à être qualifiés de champions du monde du recyclage. Mais tout comme dans le sport, c’est un domaine dans lequel il ne faut pas se reposer sur ses lauriers! Aussi Emmi a-t-elle déclaré 2013 «Année des circuits de matériaux».

Projet gagnant «Emballages écologiques»

Une équipe de projet issue des domaines de la commercialisation des marques de distributeurs, du développement d’emballages, de la vente et de la production s’est intéressée à l’aspect écologique des emballages Coop. Les matériaux économisés ou remplacés par des alternatives plus écologiques (p. ex. bâtonnets de glace en bois FSC) équivalent chaque année à quelque 130 000 kilos.

2e place «Dagmersellen: Recyclage de nutriments»

Dans les eaux usées, Emmi perd de précieuses substances organiques – notamment des protéines et des minéraux. A Dagmersellen, une partie de ces résidus organiques est extraite par filtrage des eaux usées sous forme de boues, qui sont ensuite transformées en engrais et biogaz par une entreprise partenaire.

3e place «Suhr: Augmenter le taux de recyclage»

En l’espace de quelques mois seulement, l’usine de Suhr a augmenté son taux de recyclage de 80% à 84%, réduisant ainsi de près de 80 000 francs les coûts d’élimination des déchets. La collecte séparée des plastiques et du papier Tetra Pak allègent l’empreinte carbone annuelle de 690 tonnes de CO2.

2012: Eau

Pour ses usines de production suisses, Emmi achète chaque année près de 2,7 millions de mètres cubes d’eau. Il est donc important d’encourager de manière ciblée des projets en vue de l’amélioration de la qualité des eaux usées ainsi que de la réutilisation de l’eau.

Projet gagnant «Laiterie Biedermann: Réduction du débit des eaux usées»

Les eaux de rinçage et les déchets de produits provenant de l’étape entre deux productions différentes sur une machine sont collectés et séparés, puis les éléments recyclables sont vendus à une ferme d’engraissement de porcs. Le taux de pollution de l’eau a ainsi pu être réduit de plus de 30%. Pour un investissement unique de CHF 27 000, la laiterie Biedermann dégage des économies et des revenus grâce à la ferme d’engraissement de porcs à hauteur de CHF 157 000 chaque année.

2e place «Suhr: OptiMimo dans la flottation»

L’installation de flottation, dans laquelle les eaux usées sont débarrassées des protéines et des graisses avant leur introduction dans les égouts publics, constitue l’un des plus importants processus en amont du traitement du lait. Elle détermine la demande chimique en oxygène (DCO) des eaux usées ainsi que la teneur en graisses, et par conséquent les coûts de l’assainissement public des eaux usées; il s’agit d’un facteur de coût important. Grâce aux investissements dans l’épuration des eaux usées et à une qualité meilleure et plus constante de ces eaux, il est possible d’économiser annuellement quelque 120 000 francs.

3e place «Dagmersellen: Chaque goutte compte»

A Dagmersellen, une multitude de petits projets ont permis de réduire la consommation d’eau ainsi que la production d’eaux usées et d’améliorer leur qualité. Les coûts annuels sont ainsi réduits de 1,5 million de francs, ce résultat étant imputable en majeure partie à la qualité de l’eau.