Résultat du premier semestre 2016

Emmi se maintient dans un environnement difficile


 

 

Communiqué de presse

 

Résultat du premier semestre 2016

 

 

 

 

 

Emmi se maintient dans un environnement difficile

 

 

 

 

 

Lucerne, le 23 août 2016 – Emmi a enregistré un chiffre d’affaires de CHF 1594 millions au premier semestre 2016, soit une hausse de 2,0 % (-0,7 % au niveau organique) par rapport aux CHF 1563 millions de la même période l’année passée. En outre, le groupe a enregistré un bénéfice net de CHF 61 millions (CHF 46 millions l’année précédente) et une marge bénéficiaire nette de 3,8 % (3,0 % l’année précédente). Pour l’ensemble de l’exercice 2016, Emmi s’attend à atteindre les objectifs relatifs au chiffre d’affaires et aux revenus.

 

 

 

Principaux chiffres

 

montants en millions de CHF

 

1er semestre 2016

 

1er semestre 2015

Chiffre d’affaires net

1594,1

1563,0

   dont la division Suisse

853,2

874,2

   dont la division Amériques

416,4

387,3

   dont la division Europe

254,4

230,8

   dont la division Global Trade

70,1

70,6

 

 

 

Variation du chiffre d’affaires en %

2,0

-3,8

   effets des acquisitions en %

2,0

1,4

   effets de change en %

0,7

-3,5

   croissance organique en %

-0,7

-1,7

 

 

 

EBITDA

153,3

142,0

   en % du chiffre d’affaires net

9,6

9,1

EBIT

92,5

84,4

   en % du chiffre d’affaires net

5,8

5,4

Bénéfice net

60,8

46,2

   en % du chiffre d’affaires net

3,8

3,0

 

En 2016 et 2015, aucun effet exceptionnel significatif n’est à signaler. C’est pourquoi Emmi renonce à présenter des résultats corrigés.

Les effets des acquisitions résultent des facteurs suivants:

•   Acquisition des activités fromagères de J.L. Freeman (Canada, 15 avril 2015)

•   Acquisition de Redwood Hill (Etats-Unis, 31 décembre 2015)

•   Participation dans Bettinehoeve (Pays-Bas, 2 février 2016)

•   Augmentation de la participation dans SDA Chili (Chili, 19 mai 2016)

•   Acquisition de Cowgirl Creamery (Etats-Unis, 31 mai 2016)

 

 

Au premier semestre 2016, le chiffre d’affaires s’est établi à CHF 1594,1 millions, soit 2,0 % de plus que les CHF 1563,0 millions de l’année précédente. Le chiffre d’affaires a reculé de 0,7 % en termes organiques. Ce développement est surtout lié au prix du lait bas à niveau international.

 

S’agissant des revenus, Emmi a dépassé ses prévisions. L’entreprise a enregistré un EBIT de CHF 92,5 millions contre CHF 84,4 millions en 2015 (+9,6 %) et une marge EBIT de 5,8 % (5,4 % l’année précédente). Le bénéfice net s’est élevé à CHF 60,8 millions (contre CHF 46,2 millions l’année précédente, soit +31,6 %), avec une marge bénéficiaire nette de 3,8 % (3,0 % l’année précédente). L’amélioration significative du bénéfice net résulte notamment des effets négatifs non récurrents du renforcement soudain du franc suisse l’année dernière.

 

Urs Riedener, CEO d’Emmi: «Les chiffres d’affaires semestriels reflètent l’environnement économique difficile et la forte concurrence, surtout à cause des grandes volumes de lait. L’évolution du bénéfice résulte des augmentations de rendement à l’étranger et du renforcement des bonnes positions des produits de niche.»

 

Urs Riedener ajoute: «L’augmentation du bénéfice résulte de nouveau du progrès des filiales internationales. De plus, elle est le résultat de la bonne évolution des entreprises acquises dernièrement.»

 

 

Division Suisse: recul du commerce de détail et pression de la concurrence

 

Le chiffre d’affaires de la division Suisse s’est élevé à CHF 853,2 millions, soit un recul de 2,4 % par rapport à la même période l’année passée (CHF 874,2 millions). Cette baisse est liée au recul du commerce de détail, au prix de lait bas, à la forte pression de la concurrence et des importations ainsi qu’au tourisme d’achat toujours important.

 

Il convient de noter que le chiffre d’affaires des produits frais a néanmoins augmenté. Caffè Latte, YoQua et Energy Milk ont apporté des contributions positives. Par contre, les fromages et les fromages frais ont enregistré des pertes de chiffre d’affaires importantes. Ces segments ont souffert des conditions économiques difficiles sur le marché national. Les fromages AOP ont été particulièrement touchés, tandis que les spécialités Kaltbach et le «Luzerner Rahmkäse» ont progressé. Le recul des produits laitiers (lait, crème, beurre) est dû aux diminutions de quantités et à la baisse du prix du lait. Le chiffre d’affaires dans le segment poudres/concentrés est resté inchangé, tandis que les autres produits/services ont légèrement baissé.

 

La part de la division Suisse dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 54 % (56 % l’année précédente).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: division Suisse

 

montants en millions de CHF

CA
1er sem. 2016

CA
1er sem. 2015

croissance
organique

Produits laitiers

329,0

333,8

-1,4 %

Fromages

223,5

237,4

-5,8 %

Produits frais

174,4

172,8

0,9 %

Fromages frais

57,1

60,2

-5,1 %

Poudres/concentrés

29,0

29,0

0,0 %

Autres produits et services

40,2

41,0

-1,9 %

Total division Suisse

853,2

874,2

-2,4 %

 

 

Division Amériques: croissance en-dessous des attentes, bonne performance dans des niches

 

La division Amériques englobe les Etats-Unis, le Canada et le Chili, mais aussi l’Espagne, la France et la Tunisie.

 

Le chiffre d’affaires de cette division s’élève à CHF 416,4 millions (CHF 387,3 millions l’année précédente), soit une croissance de 7,5 %. Au niveau organique, c’est-à-dire hors effets de change et acquisitions, la croissance atteint 1,8 %. Les effets des acquisitions positifs sont dus à l’achat des activités fromagères de J.L. Freeman, à l’acquisition de Redwood Hill et Cowgirl Creamery ainsi qu’à l’augmentation de la participation dans SDA Chili.

 

La croissance a été moins importante que prévu, principalement en raison des bas prix du lait aux Etats-Unis et de la situation économique difficile au Chili et en Espagne.

 

Dans le domaine des fromages, le fromage de chèvre fabriqué localement aux Etats-Unis et les spécialités fromagères exportées de Suisse ont enregistré des taux de croissance réjouissants. Les produits frais et les produits laitiers ont bénéficié de l’excellente évolution en Tunisie (yogourts, desserts et lait). En revanche, la croissance des ventes du fromage au lait de vache fabriqué aux Etats-Unis est restée modeste en raison des faibles prix du lait, tandis que les volumes ont développés très bien. Les chiffres d’affaires au Chili sont restés stables, tandis qu’ils ont légèrement reculé en Espagne à l’exception de la gamme sans lactose.

 

La part de la division Amériques dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 26 % (année précédente: 25 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: division Americas

 

montants en millions de CHF

CA
1er sem. 2016

CA
1er sem. 2015

différence
2016/2015

 

effets des
acquisitions

effets de
change

croissance
organique

Fromages

163,9

151,9

7,9 %

 

3,3 %

2,7 %

1,9 %

Produits laitiers

122,4

117,7

4,0 %

 

0,3 %

-0,8 %

4,5 %

Produits frais

100,7

86,1

17,0 %

 

13,4 %

0,8 %

2,8 %

Fromages frais

0,4

0,0

n.d.

 

n.d.

n.d.

n.d.

Poudres/concentrés

0,1

0,6

-82,2 %

 

0,3 %

0,4 %

-82,9 %

Autres produits et services

28,9

31,0

-6,9 %

 

1,2 %

2,4 %

-10,5 %

Total division Amériques

416,4

387,3

7,5 %

 

4,5 %

1,2 %

1,8 %

 

 

Division Europe: croissance malgré les conditions-cadres difficiles

 

La division Europe comprend l’Allemagne, l’Autriche, le Benelux, la Grande-Bretagne et l’Italie.

 

Le chiffre d’affaires de la division Europe s’est élevé à CHF 254,4 millions (CHF 230,8 millions l’année précédente), soit une croissance de 10,2 % (1,2 % au niveau organique). Ainsi la division a défendu sa position malgré la vigueur continue du franc suisse. Les effets des acquisitions positifs résultent de la participation dans Bettinehoeve.

 

Les segments produits frais (principalement Caffè Latte et les desserts italiens), fromages (exportation de spécialités fromagères telles que Kaltbach ou «Der scharfe Maxx») et produits laitiers («Gläserne Molkerei», Allemagne) ont apporté une contribution positive. Par contre, les ventes des fromages AOP (de manière générale) ainsi que des fromages frais ont reculé en Italie et aux Pays-Bas (AVH dairy).

 

La part de la division Europe dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 16 % (année précédente: 15 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: division Europe

 

montants en millions de CHF

CA
1er sem. 2016

CA
1er sem. 2015

différence
2016/2015

 

effets des
acquisitions

effets de
change

croissance
organique

Produits frais

106,7

102,1

4,4 %

 

-

1,4 %

3,0 %

Fromages

56,1

52,7

6,4 %

 

-

3,3 %

3,1 %

Produits laitiers

49,2

46,7

5,4 %

 

1,3 %

3,6 %

0,5 %

Fromages frais

32,5

21,3

52,7 %

 

64,5 %

5,2 %

-17,0 %

Poudres/concentrés

7,2

5,4

32,6 %

 

-

4,5 %

28,1 %

Autres produits et services

2,7

2,6

4,9 %

 

0,3 %

3,6 %

1,0 %

Total division Europe

254,4

230,8

10,2 %

 

6,2 %

2,8 %

1,2 %

 

 

Division Global Trade: le moteur économique des BRICS se grippe

 

La division Global Trade s’occupe des ventes directes depuis la Suisse à des clients sur les marchés internationaux, principalement dans des pays dans lesquels Emmi ne possède ni société propre, ni participations. Il s’agit entre autres des marchés asiatiques ou d’Europe de l’Est, ainsi que de certains pays sud-américains comme le Brésil et de la péninsule Arabique.

 

La division a enregistré un chiffre d’affaires de CHF 70,1 millions contre CHF 70,6 millions l’année précédente, soit un léger recul de 0,7 % (au niveau organique, croissance de 0,7 %).  Cette évolution reflète la baisse des chiffres d’affaires dans le secteur des fromages. La croissance dans le segment poudres/concentrés et produits laitiers est une conséquence de la production de lait plus importante et de la hausse des exportations de lait en poudre et de beurre visant à écouler les excédents.

 

La part de la division Global Trade dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 4 % (année précédente: 5 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: division Global Trade

 

montants en millions de CHF

CA
1er sem. 2016

CA
1er sem. 2015

différence
2016/2015

 

 

effets des
acquisitions

effets de
change

croissance
organique

Fromages

23,1

23,3

-1,0 %

 

-

-

-1,0 %

Produits frais

21,9

24,3

-9,7 %

 

-4,1 %

-

-5,6 %

Poudres/concentrés

10,3

9,9

4,1 %

 

-

-

4,1 %

Produits laitiers

9,6

6,0

61,3 %

 

-

-

61,3 %

Fromages frais

0,1

0,3

-79,7 %

 

-

-

-79,7 %

Autres produits et services

5,1

6,8

-24,8 %

 

-

-

-24,8 %

Total division Global Trade

70,1

70,6

-0,7 %

 

-1,4 %

-

0,7 %

 

 

Les augmentations de rendement dans les divisions étrangères stimulent le résultat opérationnel

 

Au premier semestre 2016, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a progressé de CHF 84,4 millions à CHF 92,5 millions, ce qui correspond à une marge EBIT de 5,8 % (5,4 % l’année précédente).

 

Le bénéfice net a augmenté à CHF 60,8 millions, soit une hausse de 31,6 % par rapport à la même période l’année passée (CHF 46,2 millions). La marge bénéficiaire nette s’est élevée à 3,8 % (3,0 % l’année précédente). Une grand partie de l’amélioration est le résultat des effets négatifs non récurrents du renforcement soudain du franc suisse l’année dernière.

 

Les filiales étrangères ont largement contribué à cette amélioration. Dans les divisions Amériques et Europe, les mesures d’efficacité dans le cadre des programmes Operational Excellence ont à nouveau eu des effets positifs. En outre, les sociétés acquises ces dernières années ont connu une évolution réjouissante.

 

 

Perspectives pour l’exercice 2016

 

Emmi estime que les conditions-cadres économiques ne changeront pas radicalement au deuxième semestre. L’environnement très concurrentiel et volatil, avec des prix de lait bas, restera déterminant dans le deuxième semestre. En outre, des incertitudes importantes demeurent au niveau macroéconomique. Les conséquences du Brexit en Grande-Bretagne, par exemple, n’ont pas encore pu être totalement évaluées.

 

L’évolution du chiffre d’affaires en 2016 reste très marquée par la situation difficile sur le marché domestique où la pression des importations et le tourisme d’achat se poursuivent. Néanmoins, Emmi est confiant et pense pouvoir atteindre les objectifs communiqués en Suisse et en Europe. En revanche, dans la division Amériques, la croissance organique visée de 5 % à 7 % semble trop ambitieuse pour cette année. En effet, les faibles prix du lait aux Etats-Unis ainsi que les conditions-cadres économiques difficiles au Chili et en Espagne ne sont pas favorables.

 

Au niveau du groupe, Emmi prévoit une croissance de chiffre d’affaires de -1 %  à 1 % (au lieu de 0 % à 1 %) et augmente légèrement son objectif en matière de revenus (EBIT CHF 185 millions à CHF 195 millions au lieu de CHF 180 millions à CHF 190 millions; marge bénéficiaire net légèrement supérieur à 3,5 % au lieu de légèrement supérieur à 3,0 %).

 

 

 

 

 

<noscript>

</noscript>