Evolution du chiffre d’affaires 2013

Solide croissance d’Emmi en Suisse et à l’étranger


 

 

Communiqué de presse

 

Evolution du chiffre d’affaires 2013

 

 

 

 

 

Solide croissance d’Emmi en Suisse et à l’étranger

 

 

 

 

Lucerne, le 6 février 2014 Emmi a réalisé un chiffre d’affaires net de CHF 3298,2 millions au cours de l’exercice 2013, ce qui correspond à une hausse de 10,6% et se situe légèrement au-delà des objectifs d’Emmi. Ce bon résultat est attribuable au renforcement des activités à l’étranger et aux développements réjouissants du marché suisse, qui, après divers ajustements, enregistre pour la première fois depuis 2008 une croissance organique. Emmi Caffè Latte, Kaltbach et d’autres spécialités fromagères, à l’échelle nationale comme à l’étranger, ainsi que les marques «Jogurtpur» et «good day», nouvellement introduites en Suisse, étaient les principaux vecteurs de ce succès. Les récentes acquisitions ont conduit à des effets positifs supplémentaires.

 

 

 

Chiffre d’affaires net du groupe Emmi pour l’exercice 2013

 

En millions de CHF

Suisse

International

Groupe

Chiffre d’affaires net 2013

1863,1

1435,1

3298,2

Chiffre d’affaires net 2012

1842,1

1139,1

2981,2

Variation

1,1 %

26,0 %

10,6 %

 

 

 

 

Effet des acquisitions

-0,3 %

23,0 %

8,6 %

Effets de change

-

1,0 %

0,4 %

Croissance organique

1,4 %

2,0 %

1,6 %

 

Le chiffre d’affaires net d’Emmi pour l’exercice 2013 s’est établi à CHF 3298,2 millions, ce qui correspond à une progression de 10,6% par rapport à l’exercice précédent (CHF 2981,2 millions). En termes organiques, c’est-à-dire corrigé de l’effet des acquisitions et des effets de change, il marque une hausse de 1,6%. Tous les segments de produits du cœur de métier d’Emmi ont affiché des contributions positives. La faible production de lait a fait tomber les exportations d’excédents de beurre et de lait en poudre, ce qui s’est traduit au premier semestre par une baisse de chiffre d’affaires. Toutefois, ce repli n’a pas eu d’effet notoire sur les revenus. Corrigée de l’effet de ce tassement des exportations, la croissance organique du groupe s’élève à 2,7%. Ce chiffre se situe dans la fourchette haute des pronostics à moyen terme, qui attendaient entre 2% et 3%.

 

Selon Urs Riedener, CEO d’Emmi, «le chiffre d’affaires du groupe a évolué comme prévu et les attentes ont même été dépassées en Suisse. La croissance sur le marché national est réjouissante et confirme clairement qu’Emmi a restructuré son portefeuille de produits dans la bonne direction et a fixé les bonnes priorités. Avec la nouvelle organisation en vigueur depuis le 1er janvier 2014 ainsi que les divisions Suisse, Europe et Amériques, Emmi a jeté un nouveau jalon pour renforcer encore plus les activités au niveau national comme à l’étranger.»

 

Sur le marché suisse, le chiffre d’affaires net est passé de CHF 1842,1 millions à CHF 1863,1 millions. Il est très réjouissant de constater cette hausse malgré la cession de la logistique des produits surgelés à des tiers et un effet globalement négatif au titre des acquisitions (effet négatif dû à la vente des parts dans Nutrifrais, effet positif par l’acquisition de la fromagerie Studer).

 

La hausse de 1,1% repose sur l’évolution positive des trois segments plus grand que sont les les produits laitiers, les fromages et les produits frais. Une fois encore, Emmi Caffè Latte a affiché une croissance excellente. Les spécialités fromagères à l’image de Kaltbach, du Gruyère AOP et du fromage à raclette ont aussi marqué une progression. Les nouvelles gammes «Jogurtpur» et «good day» ont également apporté une poussée supplémentaire. Corrigée des acquisitions, la progression s’est établie à 1,4%. La Suisse représente 56% du chiffre d’affaires du groupe.

 

Au niveau international, le chiffre d’affaires net a augmenté de 26,0% à CHF 1435,1 millions (2012: CHF 1139,1 millions). Cette évolution est due à plusieurs facteurs. Les ventes d’Emmi Caffè Latte ont aussi augmenté à l’échelle internationale, particulièrement en Autriche, en Grande-Bretagne et en Espagne. En outre, les exportations de diverses spécialités fromagères, dont Fondue et Raclette, ont affiché une hausse. Les gammes produites localement aux Etats-Unis ainsi qu’au Chili et en Tunisie (fromages, produits frais, produits laitiers) ont aussi marqué une évolution très positive.

 

L’effet des acquisitions dans les affaires internationales est dû aux transactions suivantes: l’augmentation de la participation dans l’entreprise espagnole Kaiku (début juillet 2012), l’acquisition de l’entreprise française Diprola (début juillet 2012), la participation dans l’entreprise néerlandaise AVH Dairy Trade (début janvier 2013) ainsi que l’acquisition de la fromagerie Studer (début juillet 2013) et de Rachelli (début août 2013). En monnaie locale et corrigée des acquisitions, la croissance s’inscrivait à 2,0%. Les exportations de beurre et de lait en poudre pour écouler les excédents, en baisse de CHF 30 millions par rapport à 2012, ont également pesé sur le chiffre d’affaires. En faisant abstraction de ce phénomène irrégulier, la croissance a été de 4,8% (en monnaie locale et corrigée des acquisitions). La part des activités internationales a encore augmenté pour atteindre désormais 44%.

 

 

Evolution du chiffre d’affaires net des groupes de produits: Suisse

 

En millions de CHF

Chiffres d’affaires
 net 2013

Chiffres d’affaires
 net 2012

Variation

 

Effet des
acquisitions

Croissance organique

Produits laitiers

698,0

688,9

1,3 %

 

-

1,3 %

Fromage

541,7

529,5

2,3 %

 

1,2 %

1,1 %

Produits frais

345,9

342,6

1,0 %

 

-3,5 %

4,5 %

Fromages frais

121,5

121,6

-0,1 %

 

-0,5 %

0,4 %

Poudres/concentrés

72,4

60,4

19,9 %

 

-

19,9 %

Autres produits/services

83,6

99,1

-15,6 %

 

0,2 %

-15,8 %

Total Suisse

1863,1

1842,1

1,1 %

 

-0,3 %

1,4 %

 

En ce qui concerne les produits laitiers (lait, crème, beurre), le chiffre d’affaires net a connu une augmentation de 1,3 % à CHF 698,0 millions par rapport aux CHF 688,9 millions de l’année précédente. La progression des quantités vendues ainsi que l’augmentation du prix du lait expliquent cette croissance.

 

Le segment des fromages a généré un chiffre d’affaires net de CHF 541,7 millions en 2013 contre CHF 529,5 millions l’année précédente, soit une croissance de 2,3%. En plus d’Emmi Délices suisses en tranches, les ventes en hausse du fromage à raclette ainsi que de Kaltbach, du Petit Chevrier et du fromage à la crème lucernois ont eu une incidence positive. En revanche, l’Emmentaler AOC ainsi que le commerce de fromages non produits ou affinés par Emmi ont accusé une baisse. L’effet des acquisitions est dû à la reprise de la fromagerie Studer AG. La croissance organique (corrigée des acquisitions) s’élève à 1,1%.

 

Dans les produits frais, Emmi enregistre une croissance nette de 1,0% à CHF 345,9 millions par rapport à CHF 342,6 millions pour l’exercice précédent. La croissance d’Emmi Caffè Latte ainsi que le nouveau «Jogurtpur» et la gamme sans lactose «good day» (yogourts, boissons, lait) ont exercé une influence positive sur le chiffre d’affaires, tandis que les baisses du côté des boissons lactées et la vente des parts dans Nutrifrais fin mars ont pesé sur le chiffre d’affaires. En termes organiques (corrigée des désinvestissements), la croissance s’élève à 4,5%.

 

Dans le segment des fromages frais, le chiffre d’affaires net est resté pratiquement stable à CHF 121,5 millions (contre CHF 121,6 millions l’exercice précédent). La forte pression liée aux importations de Mozzarella a pesé sur les prix. En contrepartie, on a assisté à une progression des quantités. En termes organiques, c’est à dire corrigé des désinvestissements de Nutrifrais, il en résulte une croissance de 0,4%.

 

Le chiffre d’affaires net des poudres/concentrés a augmenté de 19,9% à CHF 72,4 millions (2012: CHF 60,4 millions). Cette progression tient à la croissance dans l’activité industrielle.

 

Dans le segment autres produits et services, le chiffre d’affaires net a diminué de 15,6 %, comme prévu, pour passer à CHF 83,6 millions, contre CHF 99,1 millions en 2012. La raison de cette baisse est la cession de la logistique des produits surgelés, activité à faible marge, à Ostermundigen et Kriens. En outre, le commerce de détail s’est inscrit en recul.

 

 

Evolution du chiffre d’affaires net des groupes de produits: International

 

En millions de CHF

Chiffres d’affaires net 2013

Chiffres d’affaires net 2012

Variation

 

Effet des acquisitions

Effets de change

Croissance organique

Fromage

517,0

466,8

10,7 %

 

8,4 %

-

2,3 %

Produits frais

474,7

388,9

22,1 %

 

19,0 %

1,2 %

1,9 %

Produits laitiers

283,8

154,0

84,3 %

 

83,6 %

3,4 %

-2,7 %

Fromages frais

53,2

46,4

14,7 %

 

-

2,4 %

12,3 %

Poudres/concentrés

25,2

25,1

0,8 %

 

32,8 %

0,2 %

-32,2 %

Autres produits/services

81,2

57,9

40,1 %

 

21,1 %

0,7 %

18,3 %

Total

1435,1

1139,1

26,0 %

 

23,0 %

1,0 %

2,0 %

 

En 2013, le segment des fromages a généré un chiffre d’affaires net de CHF 517,0 millions contre CHF 466,8 millions en 2012, ce qui correspond à une croissance de 10,7%. Les exportations du Gruyère AOP et des fromages Kaltbach ont été des plus réjouissantes, tandis que les activités de l’Emmentaler ont accusé un recul. Aux Etats-Unis, le plus grand marché étranger d’Emmi, les ventes de fromages produits localement chez Emmi Roth USA et chez Cypress Grove Chevre ont affiché une croissance à deux chiffres. Les exportations depuis la Suisse ont enregistré une croissance à un chiffre. L’effet des acquisitions repose sur le rachat de Diprola. La croissance organique, c.-à-d. corrigée des effets de change et des acquisitions, s’est élevée à 2,3%.

 

Les Produits frais ont réalisé un chiffre d’affaires net en hausse de 22,1% à CHF 474,7 millions, par rapport à CHF 388,9 millions lors de l’exercice précédent. Les desserts italiens de A-27 et Emmi Caffè Latte ont affiché des contributions positives au contraire des yogourts Onken et des activités de Trentinalatte en Italie, qui ont souffert d’un léger recul. L’effet des acquisitions repose sur l’augmentation de la participation dans Kaiku et du rachat de Rachelli. Kaiku a réalisé de très bons résultats en Tunisie et au Chili. En termes organiques, le chiffre d’affaires net a progressé de 1,9%.

 

Les produits laitiers ont affiché un chiffre d’affaires net de CHF 283,8 millions contre CHF 154,0 millions en 2012. La croissance de 84,3% est surtout attribuable à l’acquisition de Kaiku. Le grand recul dans les exportations d’excès de beurre a toutefois pesé sur le chiffre d’affaires. Au final, ce segment enregistre une baisse de 2,7% en termes organiques.

 

Dans le segment des fromages frais, le chiffre d’affaires net est passé de CHF 46,4 millions en 2012 à CHF 53,2 millions en 2013, soit une hausse de 14,7%, Cette évolution est due à la collaboration avec Venchiaredo en Italie. En termes organiques, la progression s’inscrit à 12,3%.

 

Le chiffre d’affaires net des poudres/concentrés a augmenté de 0,8% à CHF 25,2 millions par rapport à CHF 25,1 millions en 2012. En baisse, les exportations de lait en poudre pour écouler les excédents ont influé négativement sur le chiffre d’affaires, tandis que la participation à l’entreprise néerlandaise AVH Dairy Trade a eu un effet positif. En termes organiques, le recul enregistré s’inscrit à 32,2%.

 

Dans le segment des autres produits/services, le chiffre d’affaires net a augmenté de 40,1 % à CHF 81,2 millions (2012: CHF 57,9 millions). Les effets d’acquisition concernent Kaiku, AVH et Rachelli. La croissance organique s’est élevée à 18,3%.

 

 

Perspectives

 

Selon les prévisions, les prix des matières premières devraient rester stables ou n’augmenter que légèrement par moments. En ce qui concerne les emballages, Emmi prévoit aussi des prix en légère hausse. En Suisse, le tourisme d’achat va stagner voire légèrement diminuer tandis que la pression de l’importation restera élevée. Sur le plus important marché étranger d’Emmi, à savoir les Etats-Unis, on peut s’attendre à une petite amélioration dans la consommation. Sur les marchés en voie de développement que sont le Chili et la Tunisie, on peut compter sur une croissance. Le moral des consommateurs dans le sud de l’Europe, particulièrement en Italie et en France, reste morose, tandis que l’Espagne montre des signes évidents de stabilisation. Emmi n’attend pas à de grands changements dans les Etats d’Europe centrale. Par ailleurs, Emmi prévoit une stabilisation générale de la situation sur le marché des changes. Des concepts de marque forts en Suisse comme à l’international, des spécialités produites localement à l’étranger, une poursuite du développement des plus récentes acquisitions ainsi qu’une gestion des coûts toujours aussi rigoureuse, également sur les marchés étrangers, apporteront des contributions positives au développement d’Emmi en 2014.

 

 

De plus amples renseignements seront fournis à la conférence de presse et d’ analystes du 26 mars 2014, à l’occasion de laquelle les résultats détaillés du groupe Emmi pour l’exercice 2013 seront dévoilés et les perspectives pour 2014 présentées.

 

 

 

 

 

 

<noscript>

</noscript>

 

Downloads