Résultat du premier semestre 2015

Emmi affronte le franc fort


 

 

Communiqué de presse

Résultat du premier semestre 2015

 

 

 

 

 

 

Emmi affronte le franc fort

 

 

 

 

 

Lucerne, le 18 août 2015 – Au premier semestre 2015, Emmi a enregistré un chiffre d’affaires de CHF 1563,0millions (CHF 1624,9millions l’année précédente), soit un recul de -3,8 % (au niveau organique -1,7 %). Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux prévisions. Cela prouve qu’Emmi a bien surmonté l’évolution négative de l’euro. Il en résulte globalement un bénéfice net corrigé de CHF 46,6 millions (CHF 45,2 millions l’année précédente), soit une marge bénéficiaire nette corrigée de 3,0 % (2,8 % l’année précédente). Ces chiffres dépassent les attentes d’Emmi. Ils s’expliquent avant tout par des augmentations de rendement et des corrections au niveau des établissements étrangers. Pour l’exercice 2015, Emmi adapte ses prévisions pour l’EBIT à CHF 170 millions – CHF 180 millions (prévisions mars 2015: CHF 150 millions – CHF 160 millions). 

 

 

 

Principaux chiffres

 

Montants en millions de CHF

1er semestre 2015

1er semestre 2015 corrigé*

1er semestre 2014

1er semestre 2014 corrigé*

Chiffre d’affaires net

1563,0

 

1624,9

 

   dont la division Suisse

874,2

 

900,9

 

   dont la division Amériques

387,3

 

408,2

 

   dont la division Europe

230,8

 

233,9

 

   dont la division Global Trade

70,6

 

81,9

 

 

 

 

 

 

Effets d’acquisition en %

1,4

 

1,3

 

Effets de change en %

-3,5

 

-1,7

 

Croissance organique en %

-1,7

 

4,1

 

 

 

 

 

 

EBITDA

142,0

142,5

133,8

132,7

   en % du chiffre d’affaires net

9,1

9,1

8,2

8,2

EBIT

84,4

84,9

39,8

74,3

   en % du chiffre d’affaires net

5,4

5,4

2,4

4,6

Bénéfice net

46,2

46,6

9,8

45,2

   en % du chiffre d’affaires net

3,0

3,0

0,6

2,8

* Corrigé des effets exceptionnels, faibles pendant la période sous revue. La vente exceptionnelle d’immobilisations corporelles a entraîné une perte de CHF 0,5 million au niveau de l’EBIT et de CHF 0,4 million au niveau du bénéfice net. L’année précédente en revanche, les effets exceptionnels étaient substantiels et se sont traduits par CHF -34,5 millions au niveau de l’EBIT et CHF -35,4 millions au niveau du bénéfice net. Ils étaient la conséquence des correctifs de valeur exceptionnels réalisés en Italie et du résultat extraordinaire de la vente d’immobilisations corporelles.

 

Durant le premier semestre 2015, Emmi a enregistré un chiffre d’affaires de CHF 1563,0 millions, soit une baisse de 3,8 % (-1,7 % au niveau organique) par rapport à la valeur correspondante de l’année précédente (CHF 1624,9 millions). L’évolution des divisions Suisse et Amériques a correspondu aux prévisions d’Emmi. La division Europe a affiché des chiffres meilleurs que prévu.

 

Un EBIT corrigé de CHF 84,9 millions contre CHF 74,3 millions (+14,3 %) a donné une marge EBIT corrigée de 5,4 % (4,6 % l’année précédente). Le bénéfice net corrigé s’élevait à CHF 46,6 millions (contre CHF 45,2 millions l’année précédente, soit +3,1 %), avec une marge bénéficiaire nette corrigée de 3,0 % (2,8 % l’année précédente). Emmi a donc dépassé les objectifs de rendement.

 

Urs Riedener, CEO d’Emmi, a déclaré: «Cette évolution satisfaisante s’explique notamment par lesmesures décidé et résolument appliqué en début d’année, ainsi que par les augmentations de rendement des divisions Europe et Amériques. L’objectif du second semestre est de maintenir le recul du chiffre d’affaires dans des proportions raisonnables, notamment en Suisse.»

 

 

Division Suisse: la pression croissante à l’importation et celle du tourisme d’achat pèsent sur le chiffre d’affaires

 

Le chiffre d’affaires de la division Suisse s’élevait à CHF 874,2 millions et était donc inférieur de 3,0 % à celui la même période l’année passée (CHF 900,9 millions). Cette évolution reflète le recul des activités de commerce de détail, la compétition des prix dans l’industrie et le marasme du tourisme, lié aux effets de change.

 

Tous les secteurs stratégiques du marché domestique ont enregistré des pertes de chiffre d’affaires. Le recul des produits laitiers (lait, crème, beurre) est dû aux diminutions de quantités et à la baisse du prix du lait. Les pertes du secteur fromage reflètent la hausse de 7,8 % des importations de fromages. La quasi-stabilité du chiffre d’affaires du segment des produits frais est à rapprocher de l’évolution positive des produits Emmi Caffè Latte, Jogurtpur et du nouveau yoghourt YoQua, riche en protéines. Pour ce qui est des fromages frais les quantités sont restées presque constantes mais les prix ont fléchi à cause de la forte pression des importations. Le secteur des poudres/concentrés a souffert de l’intense compétition des prix de l’industrie.

 

La part de la division Suisse dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 55,9 % (55,5 % l’année précédente).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Suisse

 

en millions de CHF

CA
1er sem. 2015 

CA
1er sem. 2014

Croissance
organique

Produits laitiers

333,8

345,2

-3,3 %

Fromages

237,4

252,7

-6,0 %

Produits frais

172,8

173,6

-0,4 %

Fromages frais

60,2

63,9

-5,9 %

Poudres/concentrés

29,0

38,4

-24,3 %

Autres produits et services

41,0

27,1

51,6 %

Total Suisse

874,2

900,9

-3,0 %

 

 

Division Amériques: bonne croissance organique aux Etats-Unis et en Tunisie

 

La division Amériques englobe les Etats-Unis, le Canada et le Chili, mais aussi l’Espagne, la France et la Tunisie. Cette composition s’explique par le fait que les différents marchés de Kaiku sont rattachés à la même division.

 

Le chiffre d’affaires de la division Amériques s’élève à CHF 387,3 millions (CHF 408,2 millions l’année précédente). Cela correspond à une baisse de -5,1 %. Au niveau organique (hors effets de change et acquisitions), il en a résulté une croissance de 3,0 %. L’effet d’acquisition négatif s’explique par la vente des activités commerciales d’Emmi Penn Yan en décembre 2014. L’effet d’acquisition positif est dû à l’achat du secteur fromager de J.L. Freeman le 15 avril 2015. Les effets de change négatifs sont liés à la situation en Tunisie, au Chili, en Espagne et en France.

 

Le secteur du fromage aux Etats-Unis, favorisé par les fromages importés de Suisse et fabriqués localement, a constitué une influence positif. De plus, la Tunisie était en phase de croissance sur les produits laitiers et des produits frais. L’Espagne a affiché une augmentation des ventes de produits Emmi Caffè Latte et de l’assortiment sans lactose de Kaiku. En revanche, le chiffre d’affaires a baissé au Chili, ce qui s’explique notamment par la stagnation économique.

 

La part de la division Amériques dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 24,8 % (année précédente: 25,1 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Amériques

 

en millions de CHF

CA
1er sem. 2015

CA
1er sem. 2014

Différence
2015/2014

 

Effets des
acquisitions

Effets de
change

Croissance
organique

Fromages

151,9

144,0

5,5 %

 

1,7 %

1,0 %

2,8 %

Produits laitiers

117,7

133,4

-11,8 %

 

-4,1 %

-10,9 %

3,2 %

Produits frais

86,1

97,4

-11,6 %

 

-4,7 %

-12,0 %

5,1 %

Poudres/concentrés

0,6

4,4

-86,0 %

 

-

-1,0 %

-85,0 %

Autres produits et services

31,0

29,0

6,7 %

 

1,7 %

-3,1 %

8,1 %

Total Amériques

387,3

408,2

-5,1 %

 

-1,8 %

-6,3 %

3,0 %

 

Division Europe: au niveau organique, recul inférieur aux prévisions

 

La division Europe comprend le Benelux, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Autriche.

 

Le chiffre d’affaires de la division Europe s’élève à CHF 230,8 millions (CHF 233,9 millions l’année précédente), soit un recul de -1,3 % (-0,7 % au niveau organique). La division a donc supporté mieux que prévu les turbulences liées à l’euro. L’effet d’acquisition négatif est dû à la vente de Trentinalatte en octobre 2014.  Les effets d’acquisition positifs sont à rapprocher de l’augmentation de la participation dans la laiterie bio Gläserne Molkerei en octobre 2014.

 

Le secteur des produits frais a enregistré une croissance organique, qui s’explique par la vente des produits Emmi Caffè Latte en Grande-Bretagne, en Autriche et au Benelux ainsi que par les activités du segment desserts en Italie. En revanche, le secteur du fromage en Europe, essentiellement concentré sur l’exportation de fromages suisses, a souffert de la faiblesse de l’euro, notamment pour les exportations vers l’Italie. Pour la première fois, les segments produits laitiers et fromages intégraient le chiffre d’affaires de la laiterie Gläserne Molkerei.

 

La part de la division Europe dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 14,8 % (année précédente: 14,4 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Europe

 

en millions de CHF

CA
1er sem. 2015

CA
1er sem. 2014

Différence
2015/2014

 

Effets des
acquisitions

Effets de
change

Croissance
organique

Produits frais

102,1

129,6

-21,2 %

 

-14,2 %

-8,7 %

1,7 %

Fromages

52,7

61,3

-13,9 %

 

4,1 %

-12,5 %

-5,5 %

Produits laitiers

46,7

8,5

450,8 %

 

516,9 %

-84,8 %

18,7 %

Fromages frais

21,3

29,6

-28,0 %

 

0,1 %

-11,1 %

-17,0 %

Poudres/concentrés

5,4

0,5

983,5 %

 

197,4 %

-166,9 %

953,0 %

Autres produits et services

2,6

4,4

-42,1 %

 

1,8 %

-8,9 %

-35,0 %

Total Europe

230,8

233,9

-1,3 %

 

12,5 %

-13,1 %

-0,7 %

 

 

Division Global Trade: le moteur économique des BRICS se grippe

 

La division Global Trade s’occupe des ventes directes depuis la Suisse à des clients sur les marchés internationaux, principalement dans des pays dans lesquels Emmi ne possède ni société propre, ni participations. Il s’agit entre autres des marchés asiatiques ou d’Europe de l’Est, ainsi que de certains pays sud-américains comme le Brésil et de la péninsule Arabique.

 

La division a enregistré un chiffre d’affaires de CHF 70,6 millions contre CHF 81,9 millions. Le recul de -13,8 % (-13,3 % au niveau organique) reflète le ralentissement économique sur plusieurs marchés et un recul sur les poudres/concentrés, expliqué par la diminution de la production de lait et la baisse des exportations visant à écouler les excédents qu’elle a entraînée.

 

La part de la division Global Trade dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 4,5 % (année précédente: 5,0 %).

 

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Global Trade

 

en millions de CHF

CA
1er sem. 2015

CA
1er sem. 2014

Différence
2015/2014

 

Effets des
acquisitions

Effets de
change

Croissance
organique

Fromages

24,3

31,6

-23,0 %

 

-1,4 %

-

-21,6 %

Produits frais

23,3

25,5

-8,7 %

 

-

-

-8,7 %

Poudres/concentrés

9,9

14,5

-31,3 %

 

-

-

-31,3 %

Produits laitiers

6,0

6,1

-2,3 %

 

-

-

-2,3 %

Fromages frais

0,3

-

n.i.

 

n.i.

n.i.

n.i.

Autres produits et services

6,8

4,2

60,9 %

 

-

-

60,9 %

Total Global Trade

70,6

81,9

-13,8 %

 

-0,5 %

-

-13,3 %

 

 

Augmentations de rendement dans les divisions étrangères stimulent le résultat

 

Le résultat corrigé avant intérêts et impôts (EBIT) a augmenté au premier semestre 2015, de CHF 74,3 millions à CHF 84,9 millions, d’où une marge EBIT corrigée de 5,4 % (année précédente: 4,6 %). Compte tenu des effets exceptionnels, l’EBIT est passé de CHF 39,8 millions à CHF 84,4 millions.

 

Le bénéfice net corrigé s'élevait à CHF 46,6 millions. Par rapport à la valeur corrigée de la même période l’année précédente, à savoir CHF 45,2 millions, cela représente une amélioration de 3,1 %. La marge bénéficiaire nette corrigée était de 3,0 % (contre 2,8 % l’année précédente). Compte tenu des effets exceptionnels, le bénéfice net est passé de CHF 9,8 millions à CHF 46,2 millions. Ces valeurs dépassent les prévisions publiées en mars.

 

La rapidité et la fermeté avec lesquelles les mesures ont été appliquées pour lutter contre la faiblesse de l’euro ont contribué à ce bon résultat. Y ont aussi grandement participé les augmentations de rendement des divisions Europe et Amériques, qui s’expliquent par les hausses de prix, la mise en œuvre de mesures d’efficacité dans les filiales à l’étranger et les ventes, ces dernières années, des unités affichant des rendements insatisfaisants.

 

 

Perspectives pour l’exercice 2015

 

Pour 2015, Emmi prévoit une persistance de la tension sur les marchés. En Suisse, l’augmentation du tourisme d’achat et la pression des importations, la guerre des prix dans l’industrie et le recul de la consommation en restauration se feront sentir. L’entreprise s’attend à ce que les conséquences négatives de la faiblesse de l’euro sur les chiffres d’affaires en Suisse se renforcent au second semestre.

 

Au sein de la division Amériques, notamment en Tunisie, on peut pronostiquer une bonne croissance organique, tandis que l’évolution au Chili et en France restera restreinte.

 

Au sein de la division Europe, les marchés de l’Europe du Nord se montreront plus stables que ceux d’Europe du Sud. C’est en Italie, où l’économie est mauvaise, et en Allemagne, pays sensible aux prix, que la pression sera la plus forte. La Grande-Bretagne elle, bénéficiera de sa non-appartenance à la zone Euro.

 

Au niveau du groupe, Emmi conserve son objectif de chiffre d’affaires et continue de prévoir dans ce domaine un recul de -3 % à -2 % en termes organiques. Emmi annonce un EBIT entre CHF 170 millions et CHF 180 millions (valeurs comprises jusqu’ici entre CHF 150 millions et CHF 160 millions). La marge bénéficiaire nette sera probablement légèrement supérieure à 3 %.

 

 

Téléchargements

Rapport semestriel 2015:
https://group.emmi.com/fr/media-ir/publications/

 

Présentation pour les investisseurs du 25.08.2015:
https://group.emmi.com/fr/media-ir/publications/

 

Supports visuels
www.emmi.com/mediabox

 

 

 

 

 

<noscript>

</noscript>