Résultat du premier semestre 2014

Chiffre d’affaires conforme aux attentes, correctif de valeur en Italie, augmentation de la participation dans la laiterie allemande Gläserne Molkerei


 

 

Communiqué de presse

Résultat du premier semestre 2014

 

 

 

 

 

 

Chiffre d’affaires conforme aux attentes, correctif de valeur en Italie, augmentation de la participation dans la laiterie allemande Gläserne Molkerei

 

 

 

 

 

Lucerne, le 27 août 2014 – Au premier semestre 2014, Emmi a réalisé un chiffre d’affaires conforme à ses prévisions de CHF 1625 millions (+3,7%). Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) s’est établi à CHF 39,8 millions (-41,0%) et le bénéfice net à CHF 9,8 millions (-76,1%). Ce recul fait suite à un correctif de valeur de CHF 38,5 millions pour la société italienne Trentinalatte, qui rencontre un marché de yogourts difficile. Corrigés des effets exceptionnels, les revenus ont considérablement augmenté: l’EBIT a enregistré une progression de 14,3% à CHF 74,3 millions et le bénéfice net de 15,9% à CHF 45,2 millions. Emmi va poursuivre sa stratégie à l’étranger et assurer sa croissance sur le plan organique, mais aussi au travers d’acquisitions ciblées. A cet égard, elle a d’ailleurs déjà renforcé de 24% à 76% sa participation dans la laiterie allemande Gläserne Molkerei. Pour l’exercice 2014, Emmi confirme ses prévisions de chiffre d’affaires (croissance du groupe entre 3% et 4%) et adapte celles concernant son EBIT et son bénéfice net.

 

 

 

Au premier semestre 2014, le groupe Emmi a réalisé un chiffre d’affaires de CHF 1624,9 millions, en hausse de 3,7% (année précédente: CHF 1566,6 millions), en dépit des effets de change négatifs de -1,7%. Sa progression a été favorable sur son marché national, aux Etats-Unis, en Espagne, au Chili et en Tunisie. Du point de vue organique, c’est-à-dire hors acquisitions et en monnaie locale, l’ensemble du groupe affiche une croissance de 4,1%. Le chiffre d’affaires à l’international s’est établi à CHF 724,0 millions, ce qui correspond à un gain de 7,1% (niveau organique: 8,4%). Le chiffre d’affaires est ainsi conforme aux prévisions communiquées au printemps. Les effets d’acquisition sont dus à l’achat de la fromagerie Studer (Suisse) et de Rachelli (Italie), ainsi qu’à la vente de la participation dans Nutrifrais (Suisse).

 

La conjoncture économique tendue en Italie et une marche des affaires insatisfaisante dans le secteur des yogourts ont nécessité, dans la période sous revue, des correctifs de valeur de CHF 38,5 millions pour Trentinalatte. Il s’agit d’un effet unique qui a pesé sur le compte de résultat.

 

Urs Riedener, CEO d’Emmi: «Le correctif de valeur s’est avéré incontournable du fait de la conjoncture difficile en Italie. C’est regrettable, mais cela montre également qu’Emmi prend les problèmes à bras le corps sans attendre qu’ils se règlent d’eux-mêmes. L’augmentation du chiffre d’affaires, de l’EBIT corrigé et du bénéfice net est réjouissante et atteste que notre stratégie est la bonne. Nous allons donc poursuivre résolument dans cette voie.»

 

 

Visibilité de la nouvelle organisation

 

Au 1 janvier 2014, la nouvelle organisation communiquée à l’automne 2013 est entrée en vigueur chez Emmi. Elle est axée autour des quatre divisions Suisse, Americas, Europe et Global Trade. Emmi présente donc dorénavant ses chiffres d’affaires de sorte qu’ils reflètent cette nouvelle structure.

 

 

Croissance modérée du chiffre d’affaires en Suisse

 

Le chiffre d’affaires en Suisse a progressé conformément aux attentes d’Emmi. Il s’est établi à CHF 900,9 millions (année précédente: CHF 890,5 millions), en hausse de 1,2%. Au niveau organique, c’est-à-dire hors acquisitions, cette croissance s’est élevée à 0,9%. En termes d’effets d’acquisition, l’achat de la fromagerie Studer (au 1 juillet 2013) s’est avéré positif, tandis que la vente du fabricant romand de produits frais Nutrifrais (au 1 avril 2013) a eu un impact négatif.

 

Les segments Produits laitiers, Fromages, Produits frais, Fromages frais et Poudres/concentrés ont tous enregistré une croissance organique, grâce notamment au fromage Kaltbach, à Le Gruyère AOP et au fromage de chèvre Le Petit Chevrier. Emmi Caffè Latte a également connu une belle progression, et Emmi Chai Latte, Emmi Yogourtpur et la Mozzarella ont aussi contribué à cette performance globale positive.

 

En revanche, les autres boissons, les produits de bien-être, l’Emmentaler AOP et les activités commerciales liées aux produits n’étant pas fabriqués par Emmi ont déçu les attentes. Des pertes ont aussi été essuyées suite à l’abandon de l’activité de logistique des produits surgelés (Autres produits et services).

 

La part de la division Suisse dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 55,5% (année précédente: 56,8%).

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Suisse

 

en millions de CHF

Chiffre d’affaires 1er sem. 2014

Chiffre d’affaires 1er sem. 2013

Différence 2014/2013

 

Effet des acquisitions

Effets de change

Croissance organique

Produits laitiers

345,2

338,6

2,0%

 

-

-

2,0%

Fromages

252,7

243,4

3,8%

 

2,7%

-

1,1%

Produits frais

173,6

174,1

-0,3%

 

-2,3%

-

2,0%

Fromages frais

63,9

60,8

5,2%

 

-0,3%

-

5,5%

Poudres/concentrés

38,4

34,3

11,8%

 

-

-

11,8%

Autres produits et services

27,1

39,3

-31,1%

 

0,2%

-

-31,3%

Total Suisse

900,9

890,5

1,2%

 

0,3%

-

0,9%

 

 

Croissance organique du chiffre d’affaires à deux chiffres pour la division Americas

 

La division Americas englobe les Etats-Unis, le Canada et le Chili, ainsi que la France, l’Espagne et la Tunisie. Cette composition s’explique par le fait que les différents marchés de Kaiku doivent être rattachés à la même division.

 

Cette division a enregistré au premier semestre 2014 une hausse du chiffre d’affaires de 4,0% à CHF 408,2 millions (année précédente: CHF 392,7 millions). Sur le plan organique, cette augmentation est de 10,7%. Les effets de change défavorables sont surtout dû aux marchés canadien, tunisien et chilien. Ils concernent essentiellement la production locale, c’est-à-dire que non seulement les chiffres d’affaires, mais aussi les dépenses de production baissent.

 

Tous les segments ont affiché une croissance organique du chiffre d’affaires au premier semestre 2014, portée par la progression en Tunisie, au Chili, en Espagne et aux Etats-Unis. Les fromages au lait de vache et de chèvre fabriqués aux Etats-Unis ont connu une très belle évolution, tandis que les fromages AOP ont essuyé des pertes liées aux augmentations de prix. Soulignons en particulier la bonne performance du segment des produits sans lactose de Kaiku en Espagne et au Chili, l’évolution positive des yogourts en Tunisie et l’amélioration du portefeuille de produits qui en découle, ainsi que les bons résultats d’Emmi Caffè Latte en Espagne.

 

La part de la division Americas dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 25,1% (année précédente: 25,1%).

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Amériques

 

en millions de CHF

Chiffre d’affaires 1er sem. 2014

Chiffre d’affaires 1er sem. 2013

Différence 2014/2013

 

Effet des acquisitions

Effets de change

Croissance organique

Fromages

144,0

146,9

-2,0%

 

-

-5,9%

3,9%

Produits laitiers

133,4

128,6

3,7%

 

-

-8,1%

11,8%

Produits frais

97,4

93,4

4,2%

 

-

-5,0%

9,2%

Poudres/concentrés

4,4

2,1

111,9%

 

-

-19,0%

130,9%

Autres produits et services

29,0

21,7

33,9%

 

-

-7,3%

41,2%

Total Amériques

408,2

392,7

4,0%

 

-

-6,7%

10,7%

 

 

Croissance modérée de la division Europe

 

La division Europe comprend le Benelux, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Autriche. Son chiffre d’affaires a augmenté de 9,2 % à CHF 233,9 millions (année précédente: CHF 214,1 millions). Hors effets d’acquisition et de change, cela représente une légère progression de 0,9% par rapport à la même période l’année passée. Les effets d’acquisition sont dus au rachat du fabricant de desserts italien Rachelli en août 2013.

 

Cette bonne performance est à mettre sur le compte des ventes supplémentaires d’Emmi Caffè Latte, en particulier en Autriche et en Grande-Bretagne, de l’évolution des desserts d’A-27 ainsi que des spécialités au fromage de Kaltbach et de la fromagerie Studer. En revanche, la division a enregistré un recul de ses activités liées aux yogourts en Italie et en Allemagne, ainsi que des exportations des fromages AOP en raison des hausses de prix et de la baisse des ventes en résultant. Cette baisse a notamment été très marquée pour l’Emmentaler AOP dans son marché d’exportation le plus important, l’Italie.

 

La part de la division Europe dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 14,4% (année précédente: 13,7%).

 

Chiffre d’affaires net par groupe de produits: Europe

 

en millions de CHF

Chiffre d’affaires 1er sem. 2014

Chiffre d’affaires 1er sem. 2013

Différence 2014/2013

 

Effet des acquisitions

Effets de change

Croissance organique

Produits frais

129,6

106,3

22,0%

 

16,1%

0,3%

5,6%

Fromages

61,3

64,9

-5,6%

 

-

-0,4%

-5,2%

Fromages frais

29,6

24,6

20,1%

 

-

-0,8%

20,9%

Produits laitiers

8,5

10,4

-18,5%

 

-

-0,5%

-18,0%

Poudres/concentrés

0,5

2,2

-77,4%

 

-

-0,2%

-77,2%

Autres produits et services

4,4

5,7

-21,5%

 

3,9%

-0,5%

-24,9%

Total Europe

233,9

214,1

9,2%

 

8,4%

-0,1%

0,9%

 

 

La division Global Trade: petite mais costaude

 

Global Trade s’occupe des ventes directes depuis la Suisse à des clients sur les marchés internationaux, principalement dans des pays dans lesquels Emmi ne possède ni société propre, ni participation. Il s’agit entre autres des marchés asiatiques ou d’Europe de l’Est, ainsi que de certains pays sud-américains comme le Brésil. Le chiffre d’affaires de cette division de loin la plus petite du groupe a augmenté au premier semestre à CHF 81,9 millions, ce qui correspond à une hausse de 18,1% par rapport à la même période l’année passée (CHF 69,3 millions).

 

La progression considérable du chiffre d’affaires de CHF 10,7 millions dans le secteur des poudres/concentrés s’explique par l’accroissement de la production de lait et, en conséquence, par la hausse des exportations de lait en poudre visant à écouler les excédents. Si l’on ne tient pas compte de ces exportations, la division affiche une croissance de 5,5%.

 

La part de la division Global Trade dans le chiffre d’affaires du groupe s’élève à 5,0% (année précédente: 4,4%).

 

 

Des revenus pénalisés par un correctif de valeur, un résultat opérationnel corrigé conforme aux attentes

 

Le bénéfice brut a augmenté de 3,7% au premier semestre 2014, à CHF 540,4 millions (année précédente: CHF 521,1 millions). La marge bénéficiaire brute a pu être maintenue au niveau de 2013 à 33,3%, en dépit de la pression continue sur les prix. Emmi doit cette performance en particulier à la mise en œuvre réussie des mesures de rationalisation et d’accroissement de la productivité, ainsi qu’à l’abandon des activités à marges insuffisantes.

 

Effets exceptionnels dans les résultats du premier semestre 2014: la conjoncture économique tendue en Italie et une marche des affaires insatisfaisante dans le secteur des yogourts ont nécessité, pendant la période sous revue, des correctifs de valeur de CHF 38,5 millions au total pour la société italienne Trentinalatte. Sur cette somme, CHF 35,6 millions correspondent à des amortissements imprévus sur les immobilisations corporelles et CHF 2,9 millions à d’autres charges d’exploitation. Cet effet unique a fortement pesé sur le compte de résultat, alors que la vente d’actifs immobilisés – surtout celle d’un immeuble à Küssnacht – a été légèrement bénéfique. Cumulés, ces deux effets exceptionnels ont entraîné la hausse de l’EBITDA de CHF 1,1 million, mais aussi la baisse importante de l’EBIT et du bénéfice net de respectivement CHF 34,5 millions et CHF 35,4 millions. Toutes les options vont être étudiées s’agissant de l’avenir de Trentinalatte (poursuite des activités, liquidation ou vente).

 

Le résultat opérationnel corrigé des effets exceptionnels avant intérêts, impôts et amortissements a augmenté de 11,2%, passant de CHF 119,3 millions en 2013 à CHF 132,7 millions. La marge EBITDA corrigée s’est ainsi établie à 8,2% (année précédente: 7,6%). Compte tenu des effets exceptionnels, l’EBITDA est passé de CHF 121,7 millions à la même période l’année dernière à CHF 133,8 millions.

 

Le résultat corrigé avant intérêts et impôts (EBIT) s’est amélioré au premier semestre 2014, de CHF 65,0 millions à CHF 74,3 millions, d’où une marge EBIT corrigée de 4,6% (année précédente: 4,2%). Si l’on prend en compte les effets exceptionnels négatifs (CHF 34,5 millions), l’EBIT a baissé à CHF 39,8 millions (marge EBIT de 2,4%), contre CHF 67,4 millions en 2013.

 

Le bénéfice corrigé de l’entreprise avec les intérêts minoritaires s’est élevé à CHF 53,8 millions (année précédente: CHF 49,2 millions). Après déduction des intérêts minoritaires, le bénéfice net corrigé s’établit à CHF 45,2 millions (année précédente: CHF 39,0 millions), ce qui représente une hausse de 15,9% qui se reflète également dans la marge bénéficiaire nette corrigée de 2,8% (année précédente: 2,5%). Compte tenu des effets exceptionnels négatifs (CHF 35,4 millions), le bénéfice net s’inscrit en repli à CHF 9,8 millions (année précédente: CHF 41,0 millions).

 

 

Perspectives pour l’exercice 2014

 

Emmi ne s’attend pas à des changements majeurs sur le marché pour l’exercice 2014.

 

En Suisse, l’entreprise table sur une consommation stable, un tourisme d’achat qui reste important et une pression à l’importation, en particulier pour les produits génériques. Les prix moyens des matières premières, lait y compris, vont probablement évoluer dans le cadre actuel au second semestre. Les quantités de lait en Suisse resteront élevées, ce qui nécessitera d’exporter les excédents pour les écouler.

 

La division Americas devrait poursuivre sa progression, bien qu’il ne faille pas perdre de vue la faiblesse des monnaies dans certains pays comme le Chili, la Tunisie et le Canada.

 

Dans la division Europe, quelques marchés sud-européens (en particulier l’Italie) devraient rester sous pression, tandis que la consommation dans les autres marchés importants pour Emmi devrait rester stable.

 

Emmi estime qu’il est toujours possible d’atteindre les prévisions de chiffres d’affaires publiées en mars pour l’exercice 2014. Le chiffre d’affaires au niveau du groupe (sans acquisitions supplémentaires) devrait ainsi s’établir entre 3% et 4%. Dans les divisions, Emmi table sur les résultats suivants (en monnaie locale, hors acquisitions):

 

– Division Suisse: environ 1%

– Division Americas: entre 8% et 10%

– Division Europe: entre 0% et 2%

– Division Global Trade: entre 10% et 15%

 

Compte tenu des effets exceptionnels mentionnés, Emmi revoit ses prévisions pour l’EBIT communiquées au printemps (de CHF 155 millions à CHF 170 millions) entre CHF 117 millions et CHF 132 millions et table désormais sur une marge bénéficiaire nette d’environ 2% (3% jusqu’à présent).

 

 

Principaux chiffres clés

 

Montants en millions de CHF

1er semestre 2014

1er semestre 2014 corrigé*

1er semestre 2013

1er semestre 2013 corrigé*

Chiffre d’affaires net

1625

 

1567

 

   dont la division Suisse

901

 

891

 

   dont la division Americas

408

 

393

 

   dont la division Europe

234

 

214

 

   dont la division Global Trade

82

 

69

 

 

 

 

 

 

Effets d’acquisition en %

1,3

 

17,9

 

Effets de change en %

-1,7

 

0,3

 

Croissance organique en %

4,1

 

-1,2

 

 

 

 

 

 

EBITDA

133,8

132,7

121,7

119,3

   en % du chiffre d’affaires net

8,2

8,2

7,8

7,6

EBIT

39,8

74,3

67,4

65,0

   en % du chiffre d’affaires net

2,4

4,6

4,3

4,2

Bénéfice net

9,8

45,2

41,0

39,0

   en % du chiffre d’affaires net

0,6

2,8

2,6

2,5

 

30.6.2014

 

31.12.2013

 

Total du bilan

2465

 

2500

 

 

 

 

 

 

Effectifs au 30.06.

5266

 

5217

 

 

* Corrigé des effets exceptionnels de CHF -34,5 millions pour l’EBIT et de CHF -35,4 millions pour le bénéfice net (1er semestre 2013: CHF 2,4 millions et CHF 2,0 millions respectivement). Ces effets au premier semestre 2014 sont la conséquence d’une part des correctifs de valeur exceptionnels réalisés en Italie et, d’autre part, du résultat extraordinaire de la vente d’actifs immobilisés. Les effets exceptionnels de la même période l’année passée concernent exclusivement le résultat de la vente d’actifs immobilisés.

 

 

Augmentation de la participation dans la fromagerie bio allemande Gläserne Molkerei

 

Emmi détient depuis 2012 une participation dans Gläserne Molkerei, une entreprise de transformation de lait biologique de premier plan implantée dans le nord-est de l’Allemagne. Compte tenu du succès rencontré jusqu’à présent, cette participation va être augmentée de 24% à 76%, et la position d’Emmi renforcée dans les activités bios. Hubert Böhmann, fondateur de Gläserne Molkerei, continuera dans un premier temps à diriger les activités en tant que président de la Direction.

 

Gläserne Molkerei dispose de sites à Münchehofe (Brandebourg) et Dechow (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale). Il s’agit d’une société leader dans la transformation de lait bio implantée dans le nord-est de l’Allemagne, qui possède un assortiment de première qualité de lait, fromages, yogourts et autres produits laitiers.

 

Urs Riedener, CEO d’Emmi, a déclaré: «Entreprise dirigée de façon exemplaire, Gläserne Molkerei dispose de sites de production modernes et de produits bios de premier choix. Son vaste assortiment et sa position solide en Allemagne du Nord vont nous permettre de continuer de renforcer notre présence dans un segment en pleine croissance.»

 

 

Orientation qualité avec des normes reconnues

 

Gläserne Molkerei propose un assortiment bio comprenant du lait, du beurre, du lait en poudre, de la crème, des yogourts, du séré et des fromages. Le site de Münchehofe produit des fromages bios et du lait, tandis qu’à Dechow sont fabriqués du lait, du beurre, de la crème et des yogourts. Chaque agriculteur qui fournit du lait à la Gläserne Molkerei fait partie de l’une des associations d’agriculture écologique reconnues: Demeter, Bioland, Naturland, Biopark, Gäa ou Verbund Ökohöfe. Certains agriculteurs sont aussi certifiés NOP. Ils respectent ainsi non seulement les exigences des associations agricoles et du Règlement CE sur l’agriculture biologique, mais ils remplissent également les critères encore plus stricts du «National Organic Program» (NOP) – programme américain sur l’agriculture biologique – pour produire leur lait bio.

 

 

Des produits authentiques issus de la région

 

Fondée en 2001, la laiterie Gläserne Molkerei réalise sur ses deux sites un chiffre d’affaires d’environ EUR 90 millions et emploie 100 collaborateurs. Les quelque 100 millions de litres de lait qu’elle transforme proviennent essentiellement du nord-est de l’Allemagne, en particulier de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, de Brandebourg, de Schleswig-Holstein et de Saxe. Gläserne Molkerei vend ses produits en premier lieu via le commerce bio allemand et des chaînes de détail sélectionnées. Par ailleurs, elle approvisionne les entreprises de transformation du segment des aliments bios.

 

 

Bon potentiel de synergies et de croissance

 

Les produits naturels, fabriqués selon les règles du développement durable, constituent une tendance importante dans le domaine des produits laitiers, dont Emmi veut encore plus tenir compte à l’avenir. Depuis sa création, Gläserne Molkerei s’est avérée être une entreprise innovante, moderne et dotée d’un fort potentiel. Emmi soutiendra Gläserne Molkerei dans son expansion. Les deux sociétés collaboreront étroitement dans les secteurs à fort potentiel de synergies, notamment la logistique et le développement d’un réseau international de compétences de commercialisation pour le marché des produits bios en pleine expansion.

 

L’exécution de l’accord doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence compétentes. Les parties ont convenu de ne pas divulguer le prix de la transaction.

 

 

Téléchargements

 

Rapport semestriel 2014:
http://group.emmi.com/fr/media-ir/publications/rapports-annuels-et-semestriels.html

Présentation pour les investisseurs du 27.08.2014:
http://group.emmi.com/fr/media-ir/publications/presentations.html

 

 

 

 

 

<noscript>

</noscript>